Manifestations
Luxembourg - 
Afghanistan  -  Inde - Mexique  - U.S.A


JULIEN FALLESEN




ABOUT THE ARTIST
Belge, né le 11 janvier 1996 à Bruxelles, il a déménagé en 2000 au Luxembourg où il a passé une partie de sa scolarité. Après son Master de dessin à finalité didactique, obtenu en juin 2021 à l’ENSAV (École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre), Julien a voulu faire partager sa passion pour l’art plastique en animant des ateliers créatifs et en conservant son enthousiasme pour la création artistique en continuant à créer et en s’intéressant à différentes techniques (dessin, encre de chine, peinture acrylique sur différents supports, gravure, modelage). Julien a exposé en septembre 2022 à la maison du Peuple de St Gilles sur le thème de la biodiversité en ville, en avril 2023 au Salon international d’Art Contemporain d’ Esch sur Alzette, en août 2023, à la Biennale de Vianden, et en octobre 2023 lors des Parcours d’artistes de Bruxelles. Qu’est-ce qui revient comme thème dans les dessins et les peintures de Julien Fallesen ? La recherche du passé, la mort et la résurrection, la destruction et la reconstruction, faisant apparaître une forme de résistance. Pour exprimer cette quête, Julien Fallesen utilise plusieurs techniques et supports : tempera, fusain, encre de chine, peinture à l’acrylique. C’est l’envie d’explorer de nouvelles techniques et de nouveaux supports qui reste son moteur de création. Dans un sens, son travail cherche à retrouver la liberté de l’art et propose une confrontation plus directe, brute, avec le spectateur



ABOUT THE ARTWORKS

Les émotions collectives, des événements politiques qui entraînent des mouvements de foules en lutte. Les images expriment des questions de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de revendications. Les révoltes s’accompagnent de pensées, qui deviennent des phrases, on affiche ces phrases sur des banderoles. On compose des affiches. Les styles de dessins différents représentent le fait qu’il y a autant de publics qu’il y a de styles d’écriture. Les seuls symboles retenus sont les manifestants normalement noyés parmi les écritures, ce public devient l’écriture, le dessin sur mes toiles. Il y a donc un renversement où ceux qui tiennent les textes, le deviennent eux-mêmes


Powered by Wild Apricot Membership Software